Revenir en agglomération

220

Passage (presque) obligatoire lors de l’examen du permis de conduire, le retour en agglomération fait parti des étapes permettant à l’examinateur de vérifier vos aptitudes sur votre allure et la fluidité avec laquelle vous adaptez votre vitesse.

Réussir une entrée en agglomération

Le retour en agglomération depuis une route nationale ou départementale pose la difficulté d’un rétrogradage rapide assurant la transition entre les vitesses de 80 km/h et 50 km/h. Il vous faut être réactif pour plaire aux moniteurs ainsi qu’aux inspecteurs.

Voici les pièges à éviter :

  • Entrer en agglomération avec une allure trop rapide : c’est à dire à dire supérieure à 50 km/h.
  • Ne pas rétrograder jusqu’en 3ème vitesse : ce rapport doit être utilisé dans 90 % des cas. Contrôlez bien votre rétroviseur intérieur durant le rétrogradage.
  • Ne pas effectuer un freinage fluide : en freinant brusquement avant le panneau d’entrée en agglomération ou trop prématurément en roulant à 50km/h trop tôt avant l’agglomération.
  • Ne pas contrôler le rétroviseur intérieur durant le freinage : vous devez continuellement avoir conscience de ce qui se passe derrière votre véhicule.

La troisième vitesse

Il est plus judicieux de rétrograder en troisième vitesse avant l’entrer dans l’agglomération parce que :

– Le rétrogradage bien dosé avec la pédale d’embrayage vous aide pour ralentir avec fluidité. Voir l’article sur l’utilisation des pédales.

– La troisième vitesse est le rapport le plus adapté pour circuler à 50km/h.

Vous pourrez ensuite passer à la quatrième vitesse pour une conduite plus économique, si les conditions de circulation vous le permettent. Sachez que les examinateurs apprécient les candidats qui jonglent facilement entre rapports (tant que c’est justifié) pour les adapter en fonction de la situation.